04 juin 2004

L'autre jour, déjeuner avec Christophe P. Il m'indique qu'il a lu les lignes qui précèdent (ou qui suivent, selon la logique antichronologique du blob). Pour lui, tout cela est obscur, et ajoute-t-il, "à la limite du foutage de gueule". La création est ingrate.

Posté par traverson à 15:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur L'autre jour, déjeuner avec Christophe P. Il

    qui fait bien son jardin, ne pense plus à rien

    "Ne pas vouloir dire, ne pas savoir ce qu'on veut dire, ne pas pouvoir ce qu'on croit qu'on veut dire, et toujours dire ou presque, voilà ce qu'il importe de ne pas perdre de vue, dans la chaleur de la rédaction." (Molloy, Beckett)

    Posté par Christophe P., 05 juin 2004 à 10:30 | | Répondre
Nouveau commentaire